L’incontournable marché de l’intercom - Partie 1

Audio, Produits // mercredi, 28 octobre 2015 // Rédigé par Benoît Stefani

Dans tous les domaines, broadcast, événementiel, installation fixe, spectacle vivant, maîtriser l’intercom est devenu obligatoire pour mener à bien une émission, une conférence ou un spectacle. Les représentants français de trois constructeurs majeurs nous donnent leurs approches et les principales tendances...

 

Trois acteurs majeurs 

Même si l’offre européenne en matière d’intercoms et de réseaux d’ordres est aujourd’hui dominée par les trois acteurs principaux que sont Clear-Com, RTS et Riedel, quelques fabricants évoluent alternativement sur ce marché. On peut citer par exemple l’espagnol AEQ qui, autour de sa gamme de produits broadcast, propose ses propres systèmes d’intercom, ou encore l’allemand Delec (groupe Stagetec, import 44.1), le hollandais ASL (import Audiopole), l’espagnol Altair, l’anglais Trilogy...

D’autres constructeurs sont spécialisées sur certains secteurs comme l’intercom HF où l’on trouve par exemple le français Overline. Si l’on se penche sur l’historique des « trois majors », il faut remonter à 1968 pour Clear-Com qui a été fondé à San Francisco par Bob Cohen, inventeur du premier beltpack initialement utilisé pour les concerts pop et les premiers festivals qui commencent à fleurir à cette époque. La structure s’est par la suite largement dévelop- pée autour d’un catalogue de produits de plus en plus étoffé. D’abord racheté par Vitec en 1997, Clear-Com fusionne sept ans plus tard avec l’anglais Drake très implanté dans le broadcast Européen à l’époque. La marque anglaise disparaitra dans l’aventure, mais pas son savoir-faire qui sera intégré au Vitec Group ainsi créé. Clear-Com (Import Audiopole) appartient aujourd’hui à l’américain HME, spécialiste des applications sans fils numériques dédiées aux marchés institutionnels basé à San Diego où sont désormais fabriqués l’ensemble des produits.

Autre acteur historique créé en 1975 autour de la technologie dite « 2 fils », RTS (Import Pilote Films), a d’abord été cédée à Compact Video Systems en 1979, puis passe dix ans plus tard aux mains de Telex. Depuis 2006, RTS fait partie du groupe Bosch et bénéficie ainsi de la synergie tant au niveau des techniques de production que de la R&D.

Initialement importateur et prestataire, l’allemand Riedel Communication se lance quant à lui dans la conception à partir de 1992. Il fait rapidement figure d’outsider sur le marché en proposant sa propre vision de l’intercom et en pariant d’entrée de jeu sur le numérique avec des standards ouverts tels que l’AES3, puis plus tard l’AVB, l’AES67 ou le SIP. Le constructeur s’oriente aujourd’hui vers des solutions capables de gérer non seulement l’intercom, mais aussi l’audio, la vidéo et toutes les données nécessaires aux productions et événements en mutualisant les équipements.

 

Du « 2 fils » à la matrice d’ordre

Aujourd’hui, le catalogue des fabricants de système d’intercom s’articule autour de plusieurs familles de produits. Plus simples, les systèmes « 2 fils » sont souvent appelés Partyline car ils partagent une même ligne en série qui sera utilisée pour parler et écouter. Proposés en version analogique ou numérique, ils comprennent généralement une base ou « station maître » qui prend en charge l’alimentation. L’ensemble est doté d’un nombre de canaux limité (généralement 2 ou 4), sur lequel on peut relier jusqu’à une soixantaine d’utilisateurs communiquant via une station fixe ou un boitier ceinture. Certains constructeurs proposent de coupler plusieurs bases entre elles pour augmenter le nombre de canaux. Plus sophistiqués et plus couteux, les systèmes matriciels que l’on ap- pelle également « 4 fils » (même si c’est un abus de langage car il existe quelques exemples de systèmes « 4 fils » non matriciels) mettent en œuvre de nombreuses techniques et concepts directement issus des télécoms comme par exemple le TDM, largement répandu depuis la généralisation des matrices numériques ce qui a permis d’augmenter le nombre de ports de manière spectaculaire.

Outre la taille des systèmes pouvant être géré avec une ou plusieurs matrices, c’est surtout la souplesse et la possibilité de proposer facilement différents modes de communication (conférence, isolé, IFB, par groupes, etc.) qui motive ce type de configuration. Aujourd’hui numériques, les matrices existent en versions préconfigurées ou modulaires sur lesquelles on peut alors installer différentes cartes en fonction des besoins : interfaces analogiques, MADI, IP, fibre, HF, systèmes sans fils numériques, talkie-walkie...

La matrice gère les communications et la distribution de signal entre un ensemble de panneaux (panel en anglais) et de boitiers ceintures filaires ou sans fils opérant dans les bandes HF, DECT 1,9 GHz ou ISM 2,4 GHz. On constate que l’audio large bande transite de plus en plus dans les matrices, principalement pour assurer le monitoring à distance. C’est une fonction où le standard MADI est encore largement utilisé, même si les technologies réseau arrivent... Pour des raisons de souplesse, de sécurité ou de fiabilité, plusieurs châssis de matrices peuvent être connectés entre eux, généralement par fibre ou câble coaxial pour former une seule entité. Lorsque que la limite de capacité est atteinte ou pour réaliser des liaisons distantes, certaines installations font appel aux techniques de trunking. Des passerelles audio fixes (patch manuel) ou intelligentes (patch automatique géré par un Trunk master) sont alors créées pour relier un certain nombre de ports en fonction de la demande. On voit au travers de cet aperçu succinct que l’intercom peut rapidement devenir une spécialité à part entière où se mêlent les technologies, télécom, audio, et réseau. Les techniciens qui ont l’expérience du terrain et maitrisent ces compétences sont d’ailleurs fort appréciés actuellement sur le marché...

 

Les gammes

Chez Clear-Com, la gamme va du simple système « 2 fils » analogique à des systèmes « 4 fils » architecturés autour des matrices de la gamme Eclipse pouvant proposer jusqu’à 480 ports, sachant que jusqu’à 64 matrices peuvent être mise en réseau... Le catalogue comprend également de nombreux systèmes sans fils numériques évoluant dans la plage 1,9 GHz DECT (gamme Freespeak II), mais aussi 2,4 GHz (gamme Tempest et BS210).

En matière de systèmes « 2 Fils », le catalogue RTS comprend de son côté un ensemble de produits analogiques dotés deux canaux embarqués ainsi qu’une gamme sans-fil UHF analogique simple et double canaux pouvant accueillir jusqu’à 4 boitiers ceintures full duplex par base. Le sans fil numérique est également d’actualité avec le système 240 qui utilise la bande des 2,4 GHz. Parmi les matrices proposées par RTS, on trouve la gamme modulaire Adam, disponible en 8 et 18 slots permettant d’accueillir des cartes analogiques, MADI et IP. La série Zeus III propose quant à elle une capacité fixe de 16 ou 32 ports analogiques et deux ports « 2 fils » compatibles avec les principaux systèmes Partyline du marché. « À partir du moment où des acteurs majeurs du broadcast US implantés sur de nombreux sites distants tels que CNN ou ABC ont opté pour RTS, le constructeur a du faire en sorte que l’ensemble de ses produits soit rétrocompatible » analyse Bettina Hulsmeyer qui constate : « Aujourd’hui, on arrive encore à faire fonctionner de « vieux coucous » avec les matrices actuelles. Bien sûr, l’accès à toutes les options n’est pas garanti, mais les anciennes gammes restent largement utilisables, ce qui signifie qu’en terme d’investissement, les clients ne sont pas obligés de renouveler l’ensemble de leur parc à chaque mise à jour...».

De son côté, Franck Berger, Responsable ventes internationales France-Afrique chez Riedel passe en revue la gamme en mettant en exergue ses spécificités : « Le catalogue s’étend du Partyline numérique extrêmement simple à mettre en œuvre, de la série Performer jusqu’aux solutions de matrices numériques de la série Artist pouvant s’interconnecter sur un double anneau en fibre optique. Nous déclinons également des plateformes audionumériques indépendantes (série Tango), des solutions d’intercom sans fil (série Acrobat) ainsi que des passerelles intelligentes vers des systèmes de radiocommunication talkie-walkie (série Riface). Riedel se distingue ainsi de manière significative des autres fabricants d’intercom en intégrant ses solutions de communications au sein d’un écosystème beaucoup plus large intégrant réseaux temps réel vidéo, audio, data et intercom »...

 

Photo : Jean Philippe Blanchard, Directeur d'Audiopole importateur de Clear-Com

 

 

 

 

 

Derniers articles de Benoît Stefani

btn webtv

Inscription newsletter

Dossier à la une

  • Les processeurs audio sont devenus indispensables pour toutes les applications (en photo ici, les processeurs Crestron). © DR

    Une nouvelle génération de processeurs audio

    jeudi, 05 janvier 2017 // Rédigé par Antoine Gruber
    Avec des processeurs de plus en plus puissants et des interfaces numériques qui ouvrent des possibilités d’interconnexion très larges entre constructeurs, les processeurs audio sont devenus indispensables pour toutes les applications. Nous passons ici en revue les principales tendances et nouveautés de ces technologies.* Les...

Dernières news / coups de coeur

SONOVISION PREMIUM PARTNERS

Pas d'éléments trouvés.
Retour en haut de page
Copyright 2011-2018 Génération Numérique. Tous droits réservés sitemap